Kopfbild 720x124

Bienvenue

Bienvenue au Bade-Wurtemberg – Bienvenue à la campagne!

Sept musées de plein air ont été créés dans le Bade-Wurtemberg. Sept grands musées vivants qui vous permettent de découvrir les divers paysages de cette partie de l’Allemagne. Sept régions du sud-ouest du pays y sont évoquées, à travers leurs types de construction et leurs modes de vie et de travail jadis.

L’idée des organismes gestionnaires de ces musées et du land Bade-Wurtemberg – réunir des bâtiments de valeur historique et d’autres éléments du patrimoine rural pour les rendre accessibles au public – s’est révélée fructueuse. Grâce aux musées de plein air sont nés des sites qui allient harmonieusement information et détente, retour aux racines et ouverture d’esprit.
C’est ici que l’Allemagne du sud-ouest se montre sous ses plus beaux aspects. Soyez-y les bienvenus!

Bienvenue au musée de plein air de Beuren!

Conception et création du musée de plein air de Beuren
Au milieu de prairies et de vergers, un charmant ensemble de bâtiments typiques de différentes contrées s’offre à la vue : la vallée moyenne du Neckar, la Filder, le Schurwald et le Jura souabe. Chacune de ses maisons raconte sa propre histoire : celle des hommes qui y ont habité et travaillé.

Au fil des étapes les siècles défilent : une grange est présentée dans son état initial telle qu’elle fut construite en 1496, une ferme dans l’aspect qui était le sien vers 1800, un four et une buanderie dans le contexte de début du siècle, une menuiserie replacée dans les années 1920 ou un four tel qu’il fonctionnait encore dans les années 1980.

Un programme édité chaque année reflète la grande variété des manifestations et animations proposées. Il est disponible sur place ou sur demande. Des visites commentées en différentes langues sont possibles pour les groupes qui en manifestent le désir.

C’est en 1985 que les élus du district d’Esslingen ont décidé la création d’un musée de plein air régional. Le premier coup de pioche fut donné en 1987. Et en 1995 a été inauguré solennellement le musée de Beuren, musée de la culture rurale du district d’Esslingen. Il s’agit donc du plus jeune des sept musées de plein air régionaux du Bade-Wurtemberg.

Le circuit
Sur le site du musée, au pied du Jura souabe, deux ensembles distincts sont en cours de réalisation. Celui du pays du Neckar comprend des bâtiments originaires des districts de Böblingen, Esslingen, Ludwigsburg et Reutlingen. La palette va de la grande exploitation rurale jusqu’à la simple porcherie, en passant par le four et la grange. L’ensemble du Jura souabe est encore en construction.

La maison Mannsperger de Tamm
Johannn Georg Mannsperger, paysan, charcutier, conseiller municipal et, à l’occasion, aubergiste dans le petit village de Tamm près de Ludwigsburg, a fait construire cette maison à deux niveaux en 1726. Au-dessus de l’entrée, une inscription rappelle l’année de construction. Et un verset de la Bible figure sur la porte. « Ist Gott für uns, wer mag wider uns sein. « (« Si Dieu est à nos côtés, qui peut être contre nous? »)

Le rez-de-chaussée de cette imposante ferme abritait à l’origine l’étable, les locaux d’habitation se trouvant à l’étage. Au-dessus du porche J. G. Mannsperger avait fait aménager une annexe en 1743. Dans cette partie fut posé quelques années plus tard un plafond de style rococo, un élément inhabituel pour une ferme en cette deuxième moitié du 18e siècle.

La maison présente encore d’autres particularités que l’on peut observer lors de la visite. Sur la façade figure un « porte armoiries ». La tradition rapporte que ce personnage à l’angle de la maison incarne le fils du constructeur, qui aurait trouvé la mort sous les roues d’un chariot lors d’un transport de pierres. Les pierres des différentes formes encadrant portes et fenêtres pourraient être des blocs mal taillés, initialement destinés au château de Ludwigsburg érigé à la même époque. En tant que charretier, Mannsperger a pu se procurer facilement ce matériau bon marché. Le somptueux aménagement des pièces s’explique probablement par les séjours qu’effectuait ici Karl Eugen, duc de Wurtemberg, au pouvoir de 1737 à 1793.

En 1974, les propriétaires ont vendu le bâtiment à la commune de Tamm. Il devait être démoli pour permettre l’élargissement de la route traversant le village. Son transfert au musée l’a donc sauvé. Il a fait l’objet d’un minutieux travail d’investigation avant d’être reconstitué. La maison Mannsperger a retrouvé l’état qu’elle avait au milieu du 18e siècle.

La maison étable de Beuren
Cette maison-étable, d’un seul niveau, et sa grange ont été construites au 16e siècle à Beuren. Les pans de bois sont garnis d’un torchis. La grange est la partie la plus ancienne. On a pu établir que le bois d’œuvre date de 1528. Le chêne utilisé pour le côté habitation-étable a été abattu en 1558.

Au musée, cette maison est montrée dans l’aspect qu’elle revêtait vers 1800. Le bâtiment, son environnement et son aménagement intérieur ont été reconstitués pour correspondre à cette époque. En 1798, deux familles occupaient la maison : un couple de septuagénaires, les Kittelberger, et la famille de leur fille. Philipp Jacob Kittelberger était un villageois aisé. Il lui arrivait de prêter de l’argent à des particuliers et même à la commune : les premières caisses d’épargne ne sont apparues au Wurtemberg qu’en 1818. Sa fille a connu le sort de beaucoup de femmes de cette époque : elle est morte en accouchant de son sixième enfant. Le gendre se remaria quelques mois plus tard.

Il n’existe plus de meubles qui faisaient partie de cette maison en 1800. Elle est équipée aujourd’hui de meubles de cette période venant du Wurtemberg, choisis en fonction d’indications trouvées dans les archives. Quelques-unes des pièces, par exemple un « Gießfaßkästlein » (sorte de préfiguration du lavabo) ou un lit « à demi-ciel », n’ont toutefois pas pu être trouvées dans la collection du musée, ni chez les antiquaires, ni dans d’autres musées. Ces lacunes sont signalées dans les différentes chambres.

Le pasteur Johann Gottlieb Steeb
C’est un pasteur qui sert de « guide » lors de la visite de cette maison. Les pasteurs en milieu rural diffusaient les idées progressistes aussi bien dans le domaine général que dans celui de l’agriculture. Johann Gottlieb Steeb, nommé pasteur en 1782 à Grabstetten, un village des environs, s’intéressait surtout à la sélection des semences, à la mise en valeur des près et à l’élevage des moutons. Il préconisait la culture du sainfoin sur les jachères.

Ce fourrage supplémentaire a bénéficié d’une part au bétail – les troupeaux se sont agrandis – et d’autre part aux terres, enrichies par un apport de fumier plus important. Steeb s’est aussi efforcé d’améliorer le sort des gens en revendiquant une éducation généralisée pour la population rurale et la création d’un groupement agricole.

Habitation et atelier de la famille Walz
La maison a été construite en 1773 à Ohmenhausen près de Reutlingen. En 1778 le propriétaire l’a agrandie. Le pignon à colombage d’origine fut conservé, mais déplacé. L’ancienne grange a été démolie en 1810 et remplacée par une nouvelle construction. Plus tard, d’autres travaux de rénovation ont suivi. Les occupants de la ferme étaient agriculteurs tout en exerçant généralement en plus une activité artisanale. En raison du parcellement des domaines, lors de l’héritage, on ne pouvait vivre des seules ressources de l’agriculture. Cette situation n’a changé qu’en 1923, lorsque Wilma Digel épousa le maître-menuisier Karl Walz, également du village. Il s’installa avec sa femme chez ses beaux-parents, créa son atelier et se consacra exclusivement à la menuiserie. Les beaux-parents abandonnèrent alors l’agriculture pour vivre de leurs rentes : un cas peu courant à cette époque.

Au musée cette maison est replacée dans le contexte des années 1920. Elle était alors déjà raccordée à l’électricité et à un réseau public d’alimentation en eau. Sept personnes y habitaient : les époux Walz avec leurs deux enfants, les parents et la sœur de l’épouse. Elles occupaient les pièces situées à l’étage : trois chambres à coucher, une salle de séjour et une cuisine. Des toilettes étaient aménagées au-dessus. La salle de séjour était utilisée par toute la famille. Elle servait aussi de bureau. C’est ici que le menuisier recevait ses clients.

L’atelier de menuiserie
Le père de Karl Walz possédait une menuiserie à Ohmenhausen. Mais le fils trouvait l’atelier paternel trop petit et voulait installer un équipement moderne avec des machines électriques. L’atelier de la maison des beaux-parents était plus grand que celui de son père. En plus, Karl Walz utilisa en partie l’étable pour y placer sa raboteuse. Les locaux se révélèrent toutefois peu fonctionnels. Pour scier des pièces de bois d’une certaine longueur, le menuisier devait ouvrir un petit volet dans le mur. Et il fallait sortir par l’arrière, puis traverser le jardin si l’on voulait transporter les planches à la raboteuse.

Une chambre à coucher qui évolue
Jusqu’à la fin du 19e siècle, les chambres à coucher étaient rarement meublées avec cohérence. Les lits étaient généralement placés un à un le long du mur, tels qu’on peut les voir dans la chambre des beaux-parents. Mais, à la campagne aussi, les couples aspiraient de plus en plus à installer pour le mariage une chambre à coucher complète. C’est Karl Walz lui-même qui a fabriqué la sienne. L’armoire n’était toutefois pas terminée le jour du mariage. Les commandes des clients étaient restées prioritaires.

La chambre de la belle-sœur célibataire
Louise, sœur de Wilma Digel, est née en 1875. Après sa confirmation, les parents l’envoyèrent travailler en usine. Plutôt que d‘être placée dans une ferme, elle a du gagner de l’argent à l’usine en attendant le mariage. Mais à l’âge de 19 ans, elle perdit un bras lors d’un accident dans une damasserie et fut reconnue invalide à 75%. Malgré ce handicap, elle s’occupait du ménage. Quand sa sœur Wilma s’est mariée en 1923, elle avait 48 ans. Sa chambre était située entre la cuisine et celle des parents. En 1928 – elle se maria et quitta la maison paternelle.

Adresse du musée

Freilichtmuseum Beuren
In den Herbstwiesen
D – 72660 Beuren

Renseignements au
Tel. (+49- 70 25) 9 11 90 – 90
Fax (+49- 70 25) 9 11 90 – 10
e-Mail: info@freilichtmuseum-beuren.de

Heures d’ouverture
D’avril à novembre. Tous le jours de 9h à 18h (la caisse ferme à 17:30h), fermé le lundi

Visites guidées en francais sur demande.

Besuchen Sie uns auf Facebook
Museumsträger
Landkreis Esslingen
Standortgemeinde
Gemeinde Beuren